Jeff Bezos Success Story

Elu homme le plus riche du monde en 2019, la fortune de Jeff Bezos s’élève aujourd’hui à 131 milliards de dollars. Comment un garçon, passant ses étés perdu dans un ranch du sud des Etats-Unis, a pu devenir le numéro 1 d’Amazon, du Washigton Post et de la compagnie aérospatial Blue Origin? Revenons sur la Success Story de Jeffrey Bezos.

Alors âgée de 17 ans, Jacklyn Gise tombe enceinte, à une époque où cela n’est pas très bien vu. Au point même que son lycée essaye de la renvoyer. Le grand père de Jeff Bezos intervient alors et réussit à négocier pour qu’elle puisse terminer son cursus. Seules conditions du proviseur : qu’elle ne puisse pas accéder aux activités de groupes et avoir un casier… Pourquoi ? Bonne question.

C’est ainsi que Jeffrey Bezos, dit Jeff Bezos, né le 12 Janvier 1964 à Albuquerque au Nouveau Mexique.

 

Du ranch de son grand père au Texas jusqu’au siège social à Seattle…

Son père biologique Ted Jorgensen, l’abandonne à sa naissance. Sa mère rencontre 5 ans plus tard Miguel Bezos , un immigré cubain installé aux États-Unis depuis l’âge de quinze ans, qui va l’adopter et l’élever.

Dans de nombreuses interviews, Jeff Bezos revient sur l’importance de sa famille et notamment celle de son grand père.

De l’âge de 4 ans à 16 ans, il passe tous ses étés au ranch de son grand père qu’il décrit comme une personne incroyablement  indépendante. Vivant dans une commune rurale perdue au milieu de nulle part, son grand-père avait l’habitude de tout faire par lui-même, que ce soit de la réparation des machines à la confection des piqures pour vacciner ses vaches (il précise que quelques-unes n’ont, d’ailleurs, pas toujours survécues au processus).

En plus de son activité dans l’élevage, le grand-père de Bezos était le directeur régional de la Commission américaine de l’énergie atomique et a supervisé les laboratoires nucléaires de Los Alamos et Lawrence Livermore. Ses vastes connaissances en sciences, auront une influence considérable sur le jeune Jeff.

Scolarité

D’un point de vu scolaire, Jeff Bezos a toujours été très académiquement brillant.

Il commence l’école Montessori à deux ans (pour lesquels il a d’ailleurs fait un don de deux milliards de dollars en 2018). Son enseignante le décrit comme un élève très concentré sur les taches qu’il exécute. Tellement concentré que pour le faire changer d’activité il faut quasiment mettre sa chaise devant un autre bureau.

Au moment de commencer le lycée, Jeff Bezos et sa famille déménage à Miami en Floride. Bezos excelle et est invité à participer au programme de formation en sciences des étudiants de l’Université de Floride. Il y remporte un Silver Knight Award en 1982, qu’il ponctura d’un discours sur la nécessité de coloniser l’espace. Jeff Bezos décrit ses années lycée comme une période qu’il a adoré et où il a beaucoup ri, au point qu’il précise avoir perdu son droit d’accès a la bibliothèque parce qu’il rigolait trop fort.

Il obtient son diplôme en tant que majeur de promotion et part faire ses études supérieures à l’université de Princeton. Intéressé par l’exploration spatiale, il avait initialement prévu d’étudier la physique. Cependant, très vite il change de filière. Quand on lui demande pourquoi il répond que  «Les physiciens théoriciens ne font aucun progrès, ils passent tout leur temps à comprendre les progrès des autres ».

Il choisit alors de se diriger vers l’informatique et le génie électrique dans lequel il obtiendra son diplôme.

Début de carrière

Fraichement diplômé en 1986, il refuse un certains nombres d’offres de grandes et prestigieuses entreprises. Il choisit plutôt d’occuper un poste chez FITEL, une entreprise de fibre optique relativement jeune, où il contribue à la création d’un réseau informatique pour la finance internationale.

Deux ans plus tard, il rejoint le Banker’s Trust à New York, créant des systèmes de gestion de fonds de placement. Deux ans plus tard, il a de nouveau déménagé chez D. E. Shaw & Company, où il devient spécialiste en informatique. Il se distingue encore en devenant le plus jeune vice-président de la société en 1992. Il devient ensuite vice-président directeur deux ans plus tard.

Bien que connaissant un succès fulgurant chez D. E. Shaw, Bezos commence à s’intéresser à autre chose dans lequel il voit un grand potentiel commercial : Internet.

De son garage à la première fortune mondiale

Les prémices d’Amazone

Il faut savoir qu’en 1994, Internet était encore très peu connu. Ce qui a interpellé Jeff Bezos, c’est que cette nouvelle invention connaissait une croissance de 2003% par an et que rien à l’époque n’évoluer de manière aussi fulgurante.

Personne, cependant, ne savait vraiment ce qu’il allait advenir d’Internet. En août 1994, le New York Times publie un article intitulé « l’Internet a-t-il été surévalué ? » Mais Bezos demeure optimiste quant au potentiel commercial d’Internet. Tout en gravissant les échelons chez D. E. Shaw, il commence à développer l’idée derrière Amazon. Il ne restait plus qu’à déterminer quel type d’entreprise avait le plus de potentiel.

Il réalise une liste de tous les produits qu’il pourrait potentiellement envoyer en ligne. Il choisit les livres car c’est une catégorie de biens inhabituels dans le sens qu’il en existait à l’époque, plus de 3 millions différents à travers le monde. L’objectif devint alors de créer la plus grande librairie mondiale en offrant le même choix à une personne perdue au milieu de la campagne que quelqu’un vivant en plein Paris.

Pour l’annecdote le premier livre vendu sur Amazon était “Fluid Concepts and Creative Analogies” de Douglas Hofstadter.

Il décide donc d’engager une petite équipe, de construire un software et de déménager à Seattle pour débuter son activité. Jeffrey Bezos décide d’installer Amazon a Seattle à cause de Microsoft, également localisée la bas, pour la simple raison qu’il lui serait plus facile de recruter de jeunes talents. A savoir qu’aujourd’hui, Bill Gates et lui vivent dans le même quartier.

“Dans les premiers jours, je savais que cela allait être énorme “, a déclaré Bezos à propos du lancement. Il était évident que nous étions sur quelque chose de beaucoup plus grand que nous n’avions jamais osé espérer.”

Au cours de ses deux premiers mois, les avantages d’être en ligne sont évidents. Amazon vend déjà des livres dans les 50 États américains et dans plus de 45 pays, rapportant 20 000 dollars de ventes par semaine à la fin de 1995.

Un autre avantage qui contribue au succès d’Amazone est  qu’ils vendent des marchandises qui se trouvaient dans les entrepôts des fabricants et des fournisseurs de livres. Cela leur permettait d’offrir un inventaire presque infini, sans la plupart des coûts associés.

Face à un succès aussi fulgurant, Jeff Bezos savait que des imitateurs et des concurrents allaient émerger rapidement. Il a réalisé très tôt que les clés de la survie d’Amazon seraient l’innovation et la taille.

C’est d’ailleurs l’une des raisons pour lesquelles il a choisi le nom Amazon, le plus grand fleuve du monde. Son plan, même si Amazon était initialement concentré sur les livres, était de faire du site le plus grand magasin au monde.

“Get Big Fast”

En octobre 1995, Bezos réalise un premier appel public à l’épargne (PAPE), dans le but d’augmenter son capital. Il avertit cependant les investisseurs qu’il ne s’attendait pas à ce que l’entreprise gagne un bénéfice pour quatre à cinq ans. Au lieu de cela, il prévoit de réinvestir tous les revenus excédentaires dans la croissance de l’entreprise. A savoir qu’aujourd’hui, Jeff Besoz détient 16% des parts de sa société.

Avec de faibles barrières à l’entrée sur le marché de la vente au détail en ligne et un nombre d’internautes en croissance exponentielle chaque année, au milieu et à la fin des années 90, la devise de Bezos pour Amazon à l’époque se résumait en trois mots: “Get Big Fast”.

Il poursuit ensuite sur cette voie en investissant non seulement dans la technologie et dans de nouvelles initiatives, mais également en achetant un large éventail de concurrents, concurrents potentiels et entreprises complémentaires. Cet investissement porte ses fruits et confère à la société une position de leader dans la vente au détail en ligne, un secteur qui n’existait tout simplement pas dix ans plus tôt. Amazon a atteint un tel niveau de popularité que le magazine Time a désigné Bezos sa personnalité de l’année 1999.

L’empire Amazone était né.

Pour Conclure…

Depuis, Amazon n’a cessé de croitre et d’innover et Jeff Bezos ne semble pas prêt à s’arrêter là. Aujourd’hui, son attention se porte notamment sur ce qui semble être pour lui un rêve d’enfance : la conquête de l’espace.

Jeff Bezos a annoncé un investissement de plus d’1 milliard de dollars dans la compagnie Blue Origin en 2019. L’entreprise Spatiale a également remporté un contrat de 500 millions de dollars avec l’armée de l’air américaine. Une première pour une société âgée de seulement 16 ans. La compagnie spatiale développe actuellement la fusée réutilisable New Glenn, prévue pour les années 2020.

Quant à sa vision pour Blue Origin, Jeff Bezos declare que : 

 

La chose dont je serais le plus fier, à 80 ans, est si Blue Origin peut réduire le coût de l’accès à l’espace de telle sorte qu’il puisse y avoir une explosion dynamique et entrepreneuriale de l’espace – comme nous l’avons vu au cours des 20 dernières années pour Internet.

A seulement 55 ans, la Success Story de Jeffrey Bezos semble donc loin d’être finis.

 

A lire également: